[La drôle d’époque #7 bis] Bienveillance et confinement – 2

Reprise de tout le bla-bla décousu du précédent article. Je n’avais pas prévu de faire autant de circonvolutions, mais comme souvent, je suis plusieurs fils dans ma tête, mélange plusieurs choses et ca donne un gros pavé.

Un jour, sans doute, je raconterai comment j’en suis venue à cette éducation « bienveillante » et ce n’était pas DU TOUT gagné. (je met entre guillemets parce que je ne suis pas forcément très fan du mot qui sous-entendrait que ceux qui ne se revendiquent pas « bienveillants » soient forcément des bourreaux maltraitants. Hors ce n’est pas le cas.)

Au quotidien, à quoi ça se résume ? Déjà, pas à de la perfection. Je ne suis pas parfaite, je ne prétends même pas pouvoir être parfaite (et heureusement, parce qu’un parent parfait ce serait nocif). Il y a de sacré ratés par moments. Mais j’essaie de toujours faire « mon examen de conscience » le soir (et pas que pour l’éducation). Je passe en revue ma journée et tous mes actes, et je vois ce que j’aurais pu faire mieux, là où j’aurais pu être plus patiente / bienveillante / attentive à l’autre, etc. Je tâche de comprendre pourquoi ça a coincé, le pourquoi de mes réactions, ce qui m’a blessée, en quoi j’ai peut-être blessé l’autre et j’en tire des conclusions et des résolutions pour faire un peu moins mal la fois d’après. J’essaie d’être la plus franche possible, sans sombrer dans l’auto-flagellation ni dans les excuses bidons ou la vantardise.
Quand il s’agit d’éducation, entre autres, nous essayons d’en parler régulièrement avec le papa, et de donner nos avis respectifs / nos remises en question.

Histoire de ne pas surcharger ce post, j’ai décidé d’aborder dans un autre article à venir comment nous mettons cette notion de bienveillance en pratique au quotidien.

En dépit du confinement et des récents changements, Pompon est globalement coopérative, de bon allant et relativement autonome (pour son âge). J’ai bien dit « globalement » et pas « elle est immobile dans un coin / sage comme une image de 9h à 20h » (ce qui ne serait pas forcément bon signe je trouve) ;).
Le fait d’avoir fait « le porte-avion » aide bien notre bébé avion à l’exploration des alentours en douceur, et génère un cercle vertueux bien utile quand il y a un nourrisson en plus : moins de cris, moins de tension, parents plus détendus, enfant moins stressés donc moins de crises / énervements et tout le toutim qui n’est déjà pas facile à gérer au quotidien, alors encore plus quand il n’y a pas de soupapes.

Accessoirement, pas de stress extérieur -ou peu- parce que pas de rendez-vous, pas d’horaires, pas de déplacements. Tout ceci, a contribué à créer une mini-bulle qui a certainement joué dans le bon accueil que Pompon a réservé à sa petite sœur (mais d’autres facteurs aussi, et j’y reviendrai un autre jour).

Sinon, au jour le jour, ca donne quoi un trois-z’ans avec qui on a appliqué cette notion ? Alors, tout dépend des caractères, parce que oui, je pense que ça joue aussi beaucoup. Ca dépend des enfants, de différents contextes sur lesquels on n’a pas forcément de prises et d’autres paramètres. Ca dépend aussi des caractères et des possibilités des parents. Si tout était « la faute des parents » (et notoirement de la mère, bien sûr) ça se saurait. Et je ne rentre même pas dans les cas des enfants « avec besoins spécifiques » : à l’heure actuelle et au vu de ce que nous savons, nous ne sommes pas dans cette « case », donc je n’ai pas d’autres aperçus que ce que j’ai pu en lire / en voir, et pas de légitimité pour en parler.

Chez nous, les bons jours, ça donne (à garder en tête qu’il y a bien sûr des jours avec et des jours sans) :

  • Jeux d’imitations en solo avec intervention parentale ponctuelle. Étonnamment, elle est accroc à son poupon en ce moment, et veux tout faire comme moi.  Ca donne des côtés positifs et des côtés un peu gonflant parfois, comme quand il faut expliquer pour la énième fois que non, je ne te redonnerai pas un AUTRE coussinet d’allaitement jetable, tu en as déjà eu deux. (Et qu’elle se les colle autour du nombril).
  • Habillage coopératif le matin. Elle aime bien « se faire habiller » mais elle est capable de le faire seule sauf un ou deux trucs.
  • Elle range plus ou moins bien certaines de ses affaires quand on le mentionne voire spontanément (jette la couche de la nuit, met le linge sale au sale, etc) et rends service / participe / nettoie ses petits accidents type verre d’eau renversé.
  • Le coucher / sieste / temps calme passe globalement plutôt bien… ce qui passe moins bien c’est la limitation du nombre de livres dans le lit. Là, on passe sur le mode « chrysalide » et comme elle les déchire (grrrrr) c’est limité à un voire deux livres cartonnés.
  • Elle est plutôt smooth quand on dit quelque chose. Les termes « globalement » et « smooth » sont relatifs, parce que j’imagine que nos attentes ne sont pas celles d’une autre famille. Le sévère des uns est le cool des autres.
    En même temps, on ne la place pas dans des situations de tensions comme « tu ranges tout et on mange là maintenant-tout-de-suite-sinon-on-te-crie-dessus-voire-on-te-moleste-ou-on-te-mets-tes-jouets-sous-clés ». (c’était la grande spécialité de mon père ça… j’en suis vaccinée à vie.)
    (C’est compliqué à expliquer, mais en gros, il y a de toute façon rarement de mises en situation où il y a un besoin pressant de lever la voix parce que la situation l’exige, comme un danger. Pour le reste, on préfère être ferme en douceur : non il n’y a pas de gâteau avant le dîner, mais tu peux avoir un brin de céleri. Sans cris, sans escalade, mais sans céder non plus. )
  • Repas parfois folkloriques en ce moment : cf le point 1, Mlle fait comme Maman. Et souvent, Maman interrompt son repas pour aller chercher Chonchon qui pleure, pour la prendre dans les bras etc. Du coup, la grande fait pareil avec son poupon. Ca a donné quelques repas avec le papa qui s’énerve, jusqu’à ce que je lui dise « mais non, elle fait comme moi ». Donc là, on essaie de limiter les interruptions du repas : Pompon a le droit de se lever UNE FOIS. Pas deux (enfin, pas trois… parce que dans les faits, j’avoue c’est un peu plus délicat, la faim ne rendant personne très coopératif).
  • Elle veut sortir, et pas dans le jardin, se promener : Mmmmh, je crois que c’est LE point plus délicat. Elle adorait aller courir dans les prés communaux pas loin de la maison, ce qui n’est plus trop possible. On essaie des alternatives mais c’est probablement le plus dur. Dans le même ordre d’idée, je fais ultra attention à ne pas passer trop près de l’école maternelle / crèche quand on se promène : au début du confinement, lors d’une promenade avec son père, elle a passé une demi-heure accrochée aux grilles à pleurer parce qu’elle ne comprenait pas qu’on ne puisse pas y aller (il l’a « accompagné », a expliqué, à été à l’écoute… mais ca a mis du temps avant de se calmer, ce qui est normal vu le niveau d’émotions que ca suscite. C’est d’ailleurs un des points qui me fait le plus de peine dans ces histoires de confinement…).

L’ambiance reste plutôt bonne, avec évidemment des variables en fonction de mon temps de sommeil / intensité du RGO de Chonchon -et donc mobilisation maximum- qui varie suivant les jours. C’est dans ces moments là que nous trouvons que, oui, les moments investis à accompagner les émotions, la patience pour expliquer et tout le bazar… ben ce n’était pas pour faire joli, n’en déplaise à des commentateurs avisés et à leur « à votre place, une bonne fessée et on n’en parle plus ».
A voir comment ça se passera pour la suite, puisque monsieur a dû reprendre son travail lundi… du coup, j’appréhende le combo : fatigue + bébé + enfant niveau disponibilité mentale / capacités à jongler entre mes deux dragonettes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s