IEF ou école ? Et quelle école ?

La question de l’IEF a toujours été en fond chez nous. J’ai découvert tout ça bien avant d’avoir des enfants, vers 2014. La question est régulièrement abordée et a été examinée :

  • au vu du caractère de Mlle Pompon
  • au vu de ce que nous pouvions lui apporter (temps, moyens, tempérament, etc)
  • au vu des écoles dans notre coin

Au vu de ma situation professionnelle, de nos possibilités de garde restreinte pour les jours où je bosse, mais aussi de mon caractère (j’ai par exemple, impérativement besoin d’une journée seule pour « recharger » mes petites cuillères, ce n’est pas de la paresse mais un besoin vital vu ma « particularité » (que je ne nommerai jamais ici et que je ne considère pas comme un « handicap » mais qui oblige quand même à prendre deux ou trois trucs en compte. On peut considérer que je suis en quelque sorte « gauchère du cerveau » : comme les gauchers ont parfois des soucis pour écrire ou se servir de certains outils / demandent parfois plus d’adaptation pour certaines choses.) Tant qu’il y a des enfants en bas-âge / bébés de prévus, je préfère garder une activité pro, quitte à prendre des congés parentaux. L’IEF à temps complet n’est donc pas envisagée pour le moment, d’autant que nous aimerions que nos filles apprennent le breton. Hors, je ne le parle pas suffisamment bien (et je ne l’écris pas) pour donner plus que les très grosses bases. (J’ai prévu de trouver un jour le temps pour creuser tout ça, mais soyons honnêtes, pour le moment, déjà être au max en lavable pour tout, cuisiner maison, m’occuper des filles de manière active, etc… je ne me vois pas faire un autre truc de manière sérieuse et régulière.)

Mlle Pompon (puisqu’à deux mois, Chonchon est un peu jeune pour que nous ayons une idée précise de son caractère) a un caractère plutôt indépendant, autonome, et semble d’un naturel très sociable. Elle apprécie beaucoup de voir régulièrement d’autres enfants de son âge et un peu plus vieux. Ces derniers temps, le confinement ayant coïncidé pile avec la naissance de Chonchon, certains points nous causent de gros soucis et suscitent des interrogations quant à son développement.
Problèmes passagers ou soucis plus graves, nous n’en savons encore rien, on va creuser et trouver des prises en charge / aides et tutti quanti. Il ressort des grandes lignes qu’elle a visiblement besoin de « sortir » de la maison de manière régulière. Alors oui, c’est faisable en IEF, mais à l’heure actuelle, c’est délicat à mettre en place de manière optimale / régulière par rapport à son besoin de voir / jouer avec d’autres enfants.

Nous vivons en Bretagne, où les écoles privées sont très répandues, et généralement très abordables. D’après mes recherches, les écoles privées hors contrat ici correspondent au coût d’une école sous contrat ailleurs, ce qui est plutôt bon niveau budget.
Nous avons écartés d’office les écoles publiques, pour différentes raisons (seules les écoles Diwan pourraient nous amener à reconsidérer la question), j’ai donc regardé ce qu’il y avait autour de chez nous, le but étant de passer le minimum de temps à faire des trajets pour des raisons écologiques / financière (coût du carburant + pollution) et niveau organisation (je travaille en horaires décalés, samedi et parfois dimanche inclus. Monsieur n’avait pas de CDI au moment de nos recherches et a passé plusieurs mois à travailler en ne rentrant que le week-end).

  • Les écoles Montessori existent dans notre coin mais elles sont hors de prix (compter presque 300€ par mois !) donc hors budget (et sans possibilité de « caisse participative » pour les parents un peu moins argenté.). Il y a un ou deux trucs qui nous font en plus tiquer avec ce type d’école : les questionnaires pour rentrer sont limites intrusifs (pour s’assurer un bon carnet d’adresse niveau réseau ?). Elles m’ont fait l’effet d’être des écoles publiques (pas d’enseignement du breton + laïque) avec la pédadogie Montessori et l’addition salé en plus. Après avoir précocement demandé deux ou trois éclaircissements, je n’ai pas eu un bon feeling. Elles sont peut-être très bien, mais nous n’avons pas été convaincus, hors je crois que c’est primordial pour que ce soit bénéfique. Si on n’a pas confiance dans une structure, lui confier son enfant me paraît aberrant.
  • L’école privé hors contrat pas très loin non plus a l’air super, son site est clair et j’aime le programme qu’elle propose (pour les primaires). Elle aurait pu être dans le budget en faisant très attention (et propose une caisse participative, stipulant clairement que le budget ne doit pas être problème si une famille souhaite y scolariser son enfant) mais deux choses nous ennuient : premièrement, les horaires (et pas de garderie / péri-scolaire ni de cantine) sont vraiment réduits ce qui intrinsèquement n’est pas un problème, mais compte tenu des incertitudes de Monsieur et de mes horaires, cela nous aurait forcé à trouver une baby-sitter avec un véhicule pour aller la chercher, donc encore une fois délicat et cela rajoute une coût. (Nous n’avons pas de famille pour nous aider). Deuxièmement, l’enseignement proposé n’est qu’en français, pas de breton,ce qui pour nous est important.

 

  • L’école privé (sous contrat) tout près de chez nous propose des classes bilingues à partir de la petite section. J’ai eu l’occasion de rencontrer l’instit de TPS (classe monolingue) et ai trouvé une personne qui adore son métier, qui cerise sur le gâteau a été formée en Montessori dont elle applique une partie des principes. La discussion s’est poursuivie, et citant « une éducatrice anglaise du XIXe », elle me répond « vous parlez de Charlotte Mason ? » J’ai répondu oui, et là, double cerise, elle connaît aussi et aime s’en inspirer. L’équipe est top et à l’écoute, ce qui nous a permis de mettre en place une certaine « personnalisation », mais j’y reviendrai.
    La classe grande, avec des coins de jeux et un joli coin prière visiblement actif. (C’est peut-être un détail pour certains parents, mais si je mets mes enfants dans un privé catholique, je trouve illogique d’avoir un enseignement religieux fantôme. J’avais été choquée il y a deux ans, tombant sur le site / blog d’une autre école privé du coin qui montrait fièrement les « réalisations / exposés » d’élèves de primaire : une des élèves avaient choisi de présenter sa collection de vernis à ongles. Alors, au risque de passer pour une grosse réac’ je n’appelle pas ça un enseignement de qualité, ni une école privée catholique. Oui l’élève a peut-être des grosses difficultés / soucis et tout ce qu’on veut, c’était peut-être le seul moyen de l’amener à partager quelque chose devant sa classe, et tout ce qu’on veut… mais non je n’arrive pas à être d’accord ni à trouver que c’est un bon exemple, même si je peux intellectuellement conceptualiser des raisons qui ont pu amener cela.)
    Niveau coût, elle est dans nos moyens et propose en outre trois types de tarifs. Notre situation financière n’ayant pas été des meilleures ces deux dernières années, on m’a gentiment proposé le tarif « allégé ». Nous devrions pouvoir passer au tarif « normal » si tout va bien lors de la rentrée de septembre.  (Puisque c’est cette école que nous avons choisi).

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s