Barboteuse Sydney de chez Ikatee

Entre autres nouveaux patrons qui ont fait leur entrée dans ma patrothèque, un des petits derniers de chez Ikatee. La barboteuse Sydney, que l’on peut coudre en plein de versions différentes. Ca tombe bien, Mlle Chonchon n’avait aucun vêtement été un peu élégant (au cas où, j’aime bien avoir au moins un vêtement à porter pour une photo ou une visite. Sinon, on fait simple.)
Etant donné le temps plutôt restreint et fragmenté dont je dispose pour coudre, j’ai choisi de coudre une version plutôt simple. Sans ajout d’élastique à la taille et sans collerette.
J’ai utilisé un morceau d’un tissu acheté en 2016 au Québec et il me restait pile la quantité pour faire les deux projets que j’avais en tête.

sydney1

La vidéo du site est utile quand on n’est plutôt fatiguée et qu’on veut être sûre de ne pas faire d’erreur. Généralement, je m’imagine en train de réaliser les étapes et je « visualise » dans ma tête ce que ca doit donner, puis je me « passe mon auto-film » dans ma tête au fur et à mesure. J’ai appris comme ça, en « enregistrant » et en me demandant comment on faisait pour telle ou telle étape en couture.
Mais là, ca m’aurait vraiment embêté de me tromper (perte de tissu, de temps… et les neurones un peu à l’ouest, entre le bébé et l’allaitement).

La patte de boutonnage est très claire et plutôt simple à réaliser. Je suis contente d’avoir appris, je pourrai réutiliser la technique sur des « hack » de patrons. C’est plutôt la coulisse des cuisses que je ne voyais pas bien, et finalement, c’était tout bête.

Pour le boutonnage, j’ai choisi d’utiliser des pressions nacrées pour deux raisons. D’une, ma machine laisse un tout petit peu à désirer sur les boutonnières, ca prends pas mal de temps… et puis pour changer un bébé impatient et qui gigote, des pressions ca va vraiment plus vite. J’ai mis de côté les KAM que j’utilise, parce que je trouve que ca aurait un peu gâché l’effet élégant et rétro.

J’ai laissé le patron tel quel… après m’être initialement posée la question de rallonger la patte d’entrejambe pour utiliser des couches lavables.
Celles que j’utilise font généralement un assez gros popotin, ce qui pose parfois problème. J’ai préféré avoir recours à une autre solution, qui a le mérite d’être rapide et d’être utilisable uniquement si besoin (en fonction de l’épaisseur des modèles de couches, de prêt à un autre bébé, etc). J’ai simplement cousu à part un rectangle de tissu pressionné pour « augmenter » la taille de la patte de l’entrejambe. J’essaierai de faire un petit tutoriel de ce « hack » bien pratique quand on veut des bébés ET rétro ET en couches lavables.

sydney2

BILAN COUTURE :

  • Patron facile à faire (mais je ne suis pas une débutante). J’ai utilisé un mélange entre biais et diagonales de tissus pour les emmanchures et le col, en fonction de ce que j’avais comme ressources disponibles.
  • Je réduis mon stock de tissu : ce coupon (un poil plus d’un mètre je crois) m’aura servi pour un bloomer 18 mois (jamais photographiée ici), cette barboteuse, un petit sac en tissu offert en cadeau et un protège-carnet de santé qui sera offert. Les petits morceaux restants seront découpés en carrés pour en faire un patchwork.
  • Le tombé et l’effet sur mon bestiau restent à voir : il fait beaucoup trop froid en Bretagne en ce moment pour porter une barboteuse, et je n’ai pas envie de la déranger pour des séances d’essayage.
  • Cousue en 6 mois, version basique (sans élastique à la taille, sans collerette ni manches).
  • Je referai ? Certainement.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s