Les vêtements de Bébé… ou l’évolution d’un point de vue

Si cet article avait été écrit quand Mlle Pompon était bébé, j’aurais répondu assez catégoriquement que les vêtements pour Bébé, c’était n’importe quoi. Que non jamais hors de question. Bla bla bla. Nous ne les habillons pas (autre que pyjama + body), et pour les couleurs, c’est de l’unisexe et basta.

Sauf que parmi les petites choses qui ont changé entre la première et la seconde naissance, il y a certains de mes points de vue. Je suis toujours plus encline à laisser spontanément un bébé en pyjama et body, mais je suis aussi moins catégorique sur cette question, comme sur tant d’autre. J’ai pris peu à peu conscience que, c’était peut-être très bien de ne pas vouloir rentrer dans le moule de la surconsommation hyper genrée, celle qui pousse à tout racheter en cas de bébé d’un autre sexe que le premier, mais qu’à force, j’étais peu à peu en train de m’enfermer dans le postulat inverse. Et j’ai trouvé ça un peu idiot.

Avant, j’aurais refusé le moindre bout de rose, les petites fleurs, le moindre nœud. Du coup, c’était gris, blanc, bleu ciel. Rayures, rayures, rayures.  Tout ça pour pouvoir rester dans l’optique de « réutiliser ». Du rose ? Que nenni. On pourrait la prendre pour une fille. Ah ouais, mais alors, si ce n’est pas important toutes ces histoires et que l’on ne doit pas se cantonner au sempiternel cliché, vouloir TOUT avoir absolument unisexe, est-ce que ce n’est pas un autre cliché finalement ? Aujourd’hui, j’ai arrêté : je prends ce qui me plait et ce que je trouve.
C’est depuis la naissance de Chonchon que je me libère peu à peu de ça ; j’ai dû racheter une bonne partie des affaires, parce qu’en fait, rien ne correspond à la bonne saison, et que je n’ai pas de pyjamas après 6 mois, puisque sa sœur avait 1 an quand elle a commencé à mettre du 9 mois, et comme elle commençait à être mobile, nous sommes passés à des vêtements « normaux ». Me voilà bien attrapée ! Là dessus, Vinted m’aura permis de pouvoir faire coïncider mes goûts et le petit budget.

Pareil avec ces histoires de « vêtements ». Chonchon risque d’avoir une attelle, et du coup, le combo sarouel + body, c’est bien. Et maintenant je peux en coudre avec ma surjeteuse. C’est correct de pas vouloir avoir de remarques parce qu’on fait le choix de laisser son bébé en pyjama (j’ai eu des remarques au service de pédiatrie du CHU pour sa soeur), et c’est tout aussi correct d’apprécier d’habiller son bébé.

Je pense très fort que c’est un peu une volonté marketing des grandes marques (ca augmente le trousseau, les dépenses, la volonté d’achat et le « turn-over » des vêtements de saison) mais au final, c’est chaque famille que ca regarde. C’est pas un indicateur de « bonne » ou « mauvaise » éducation, tant que le bébé est confortable, le reste…
Du coup, j’essaie de ne plus être sur la défensive sur ce type de question qui ne sont pas vitales du tout, alors qu’avant, j’avoue que j’avais tendance à l’être.
A ma décharge, il y a trois ans, je n’avais que les brocantes locales pour trouver des vêtements, et les goûts étaient parfois… très différents des miens (et je n’y ai jamais trouvé de sarouels en toute petite taille). Et malheureusement, j’ai noté que quand on vit avec très peu d’argent et/ou qu’on est dans une situation limite, les PMI et autres pro de la petite enfance se permettent facilement des remarques déplacées, condescendantes et s’adressent à vous comme si vous étiez des imbéciles. Du coup, plusieurs fois nos choix étaient ouvertement moqués ou non respectés, avec moults commentaires, comme s’il fallait nous apprendre la vie et nous obliger à suivre un protocole. Sauf que je suis têtue comme un épagneul breton : plus on va vouloir que je fasse une chose, et moins je vais la faire. Au besoin je vais grogner et montrer les dents.

Je suppose aussi, avec le recul, que mon attitude un peu arrogante sur la question, venait en grande partie du fait que je me sentais terriblement coupable et totalement nulle dans mon rôle de mère. Nulle de pas avoir de sous. Nulle de pas réussir à trouver de travail. Nulle d’avoir eu un bébé de 2kg à terme. Nulle que le bébé ne grossisse pas. Nulle et non légitime dans mes choix que je devais justifier constamment. Du coup je défendais bec et ongles les très peu de choses sur lesquelles j’avais un tout petit peu prise.

Aujourd’hui que nous sommes dans une petite case bien plus facilement identifiable, (et parce que c’est un deuxième enfant ?) on ne se permet plus ce type de remarques. Du coup, peu à peu, je ne me sens plus attaquée dans mes décisions, et je deviens plus cool.

Camper sur ses positions, ca se comprend si ce sont réellement des questions vitales ou importantes. Mais la question de savoir si oui ou non on habille son bébé ne vaut sans doute pas le coup de blesser autrui avec des avis à l’emporte-pièce, ou de catégoriser d’office la personne, au risque de se priver de beaux échanges. Comme aurait dit feue ma mère, « c’est y accorder beaucoup plus d’importance que ça en a ».

Certains habitudes continuent de me laisser perplexe, je ne dis pas le contraire. Par exemple, je trouve d’un goût douteux les déguisements de squelette pour des nourrissons (une grande marque propose des pyjamas comme ça) et non, il est hors de question que j’en mette un à Chonchon. Et si quelqu’un m’en offrait, je refuserais en expliquant gentiment pourquoi. Avant, c’aurait été pareil avec des termes un peu plus, hum, directs.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s